Verdict: aucune compensation pour la douleur due au remplissage à l'amalgame

Verdict: aucune compensation pour la douleur due au remplissage à l'amalgame

OLG Hamm: L'utilisation d'amalgame est généralement inoffensive

(jur). Les obturations en amalgame dans les dents sont généralement inoffensives, même avec des obturations en or dans la bouche en même temps. Cela a été décidé par le tribunal régional supérieur (OLG) Hamm dans un jugement annoncé le lundi 4 avril 2016, rejetant la demande de dommages et intérêts d'un patient pour un montant de 12000 euros (numéro de dossier: 26 U 16/15).

La femme avait été traitée par un dentiste de Lemgo entre 1987 et 2009. Elle a reçu plusieurs obturations d'amalgame d'argent depuis son enfance. Mais des plombages en or ont également été utilisés.

Le traitement à l'amalgame était erroné, a déclaré le patient. Elle a développé une allergie aux amalgames que le dentiste n'a pas reconnue. De plus, il y avait un «effet de batterie» dans sa bouche. Avec les métaux or et argent dans la bouche, un léger courant s'est créé à cause de l'électrolyse qui a suivi. Un autre dentiste a dû retirer les obturations à l'amalgame et également tirer deux dents.

Dans son jugement du 4 mars 2016, cependant, l'OLG n'a constaté aucun traitement incorrect du dentiste. L'utilisation d'amalgame comme matériau d'obturation dentaire est généralement inoffensive.

Ceci s'applique également à une réaction électrochimique due à l'utilisation d'or et d'amalgame. Les amalgames d'argent utilisés empêcheraient d'autres réactions électrochimiques s'ils entraient en contact avec la salive. Les restes de résidus d'amalgame dans la construction de nouvelles couronnes d'or ne sont pas non plus préoccupants ici. Parce que les couronnes en or seraient fixées avec du ciment, de sorte qu'une isolation nécessaire entre l'amalgame et l'or est créée.

Une allergie possible à l'amalgame n'a pas été trouvée chez le demandeur après un rapport dentaire. La femme n'a exprimé des restrictions sanitaires massives qu'à la fin de 2001, plusieurs années après avoir utilisé le premier remplissage d'amalgame. Le demandeur a également effectivement consenti au traitement dentaire. En raison de l'absence de risques pour la santé associés au traitement par amalgame, le dentiste n'a pas non plus à expliquer. (fle)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Amalgame - Centres dentaires Lapointe