OLG: Un père sans droits d'accès peut demander des informations sur les enfants

OLG: Un père sans droits d'accès peut demander des informations sur les enfants

OLG Hamm voit un intérêt légitime aux informations sur sa fille
Hamm (jur). Même si un père séparé ne s'est pas vu accorder le droit de visite à sa fille en raison de son comportement, il peut régulièrement demander des informations à la mère sur le développement de l'enfant. De telles informations ne contredisent pas l'intérêt supérieur de l'enfant et ne doivent pas être fournies par la mère par contact personnel, a décidé le tribunal régional supérieur (OLG) Hamm dans une décision annoncée le jeudi 25 février 2016 (numéro de dossier: 2 WF 191/15 ).

Dans ce cas précis, les parents d'une fille de cinq ans se sont séparés après que le père est devenu violent. La garde parentale est restée avec la mère seule. Le père, qui avait été emprisonné entre-temps, n'avait aucun droit de visite. Néanmoins, il demandait régulièrement des informations sur le développement de sa fille.

Le tribunal de la famille de Bottrop a décidé que la mère devait envoyer un rapport écrit et deux photos de l'enfant tous les six mois. Le père n'était pas autorisé à rendre les photos accessibles à des tiers, ni à les publier sur les réseaux sociaux.

La mère ne voulait pas fournir d'informations sur l'enfant et préférait rompre complètement le contact. Le père avait parlé à son frère dans une conversation avec des slogans haineux et menacé de kidnapper un enfant. Son ex-partenaire était non seulement violent envers elle, mais aussi envers la fille.

Cependant, dans sa décision du 24 novembre 2015, l'OLG a décidé que le père avait un intérêt légitime à fournir des informations sur le développement de sa fille. Ce n'est pas parce qu'il s'est vu refuser l'accès qu'il ne peut pas demander des informations sur son enfant. Selon Hammer Richter, il n'y avait aucun risque pour le bien-être de l'enfant lorsque l'information était donnée.

Il n'apparaît pas non plus que le père soit abusif en demandant des informations. Dans la conversation avec le frère de la mère, il n'a pas menacé d'enlèvement d'enfant. Au contraire, cela n'a été abordé que par le frère. Il ne fallait pas non plus voir que le père voulait hostile sa fille ou se venger de la mère.

En ce qui concerne les menaces contre le frère et la mère, il s'agissait de "comportement de spectacle de petite adulte" qui était déclenché par les provocations du frère. De la part de la mère, il est compréhensible qu'elle ne veuille pas avoir de contact personnel avec son ex-partenaire. Néanmoins, l'OLG a souligné qu'elle avait l'obligation de fournir des renseignements, car les renseignements sur l'enfant ne devaient pas être fournis par contact personnel. (fle)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Comment MAXIMISER SES CHANCES dobtenir la GARDE de son enfant