Rapport d'un médecin Barmer: plus de trois millions d'Allemands souffrent de douleurs chroniques

Rapport d'un médecin Barmer: plus de trois millions d'Allemands souffrent de douleurs chroniques

La douleur chronique affecte des millions d'Allemands
Des millions de personnes en Allemagne souffrent de douleurs chroniques. Votre prise en charge thérapeutique a progressé ces dernières années, mais elle "doit encore être sensiblement améliorée", conclut le "Barmer GEK Doctor Report 2016". Selon les informations du Barmer GEK, cela fournit pour la première fois des chiffres valables basés sur les données de l'assurance maladie sur le thème des «douleurs chroniques».

Selon le Barmer GEK, beaucoup de douleur peut prendre une forme chronique. Dans les diagnostics des personnes touchées, par exemple, les maux de dos, les douleurs abdominales, les douleurs pelviennes, les douleurs articulaires, les maux de tête, les douleurs aux extrémités, les maux de gorge et thoraciques ou les douleurs oculaires sont indiqués. Cependant, la douleur chronique discutée ici peut être déterminée indépendamment des diagnostics liés aux organes. Au total, environ 3,25 millions de personnes en Allemagne souffrent de telles douleurs chroniques, selon le Barmer GEK. Malgré des progrès importants, de nouvelles améliorations des soins thérapeutiques sont encore nécessaires.

Prévenir la chronification de la douleur
La douleur chronique est souvent «une maladie indépendante qui doit être traitée très spécifiquement», a souligné le PDG du Barmer GEK, le Dr. Christoph Straub, lors de la présentation du rapport à Berlin. Avec plus de trois millions de personnes touchées, la lutte contre la douleur chronique doit devenir un objectif sanitaire national. Une chaîne d'approvisionnement continue est ici nécessaire afin d'éviter la chronification de la douleur aussi souvent que possible grâce à une coopération interdisciplinaire. Straub estime que le médecin généraliste devrait assumer une fonction de pilote.

De plus en plus de personnes souffrant de douleur chronique
Selon les informations du Barmer GEK, les données utilisées par l'Aqua Institute de Göttingen pour prendre en compte les diagnostics permettent de documenter la douleur chronique sans aucune référence directe à un organe. Il faut noter qu'entre 2005 et 2014, «la douleur chronique était de plus en plus diagnostiquée». Alors que seulement 1,59% de la population était touchée en 2005, le taux de diagnostic en 2014 atteignait une moyenne de 4,02% à l'échelle nationale. En principe, la douleur chronique a également été "documentée significativement plus souvent chez les femmes (que chez les hommes) de tous les groupes d'âge, le nombre de personnes touchées augmentant avec l'âge", rapporte le Barmer GEK.

Les femmes touchées beaucoup plus souvent
L'analyse des données a montré que dans le groupe des plus de 80 ans, environ 13,2% de la population était touchée par la douleur chronique en 2014, 143 000 hommes et 444 000 femmes. Cela correspond à un taux de diagnostic de 9,3% pour les hommes et de 15,2% pour les femmes, selon le Barmer GEK. Parmi les plus de 90 ans, «environ dix pour cent des hommes et près de 16 pour cent des femmes sont touchés, environ 15 000 hommes et près de 83 000 femmes». Outre les différences sexospécifiques, il y avait aussi des différences régionales. Le rapport montre que «la douleur chronique en Allemagne est documentée très différemment d'une région à l'autre.» Les habitants de l'état de Brandebourg sont les plus fréquemment touchés (avec 5,79%). Le taux le plus bas, cependant, a été documenté à Brême avec 2,94 pour cent.

De nombreux patients souffrant de douleur chronique ne reçoivent pas de traitement adéquat
Selon le PDG du Barmer GEK, beaucoup de choses se sont passées dans la prise en charge des patients souffrant de douleurs chroniques ces dernières années. Cependant, il existe une image différenciée des analgésiques. Toutes les personnes touchées ne reçoivent pas un traitement adéquat. Le nombre de patients traités par un traitement multimodal de la douleur à l'hôpital a plus que doublé entre 2006 et 2014, et en 2014, environ 61 000 patients ont été traités de manière multimodale contre la douleur chronique. Cependant, Straub rapporte que cela ne correspond qu'à un cinquième de tous les patients qui seraient potentiellement appropriés pour une telle thérapie. L'offre de traitement multimodal de la douleur, en particulier, n'est pas suffisamment assurée du point de vue de la qualité. «Nous soutenons donc fermement les efforts des associations professionnelles pour développer des critères de qualité contraignants pour la thérapie multimodale de la douleur dans les hôpitaux», souligne Straub.

Les traitements ambulatoires se multiplient
Le rapport médical de Barmer GEK clarifie également les développements ultérieurs du système de santé sur la base de l'évaluation des données de 8,6 millions d'assurés. Par exemple, les soins ambulatoires ont considérablement augmenté. En 2014, selon le Barmer GEK, chaque résident en Allemagne a visité environ deux médecins en moyenne par trimestre. Avec 8,5 cas de traitement par tête, le nombre de cas en 2014 a atteint un nouveau record depuis 2005. Les caisses maladie ont engagé en moyenne 522,96 euros en 2014 pour les soins ambulatoires de leurs assurés. Cela correspond à une augmentation de 3,5% par rapport à 2013. «Comme les années précédentes, les dépenses pour les hommes à 450 euros étaient nettement inférieures à celles des femmes à 593 euros», a poursuivi le Barmer GEK. Selon les chiffres actuels, "92,9% de la population ont eu des contacts avec des soins ambulatoires en 2014", poursuit la caisse maladie.

Les hommes montrent peu de tendance à la détection précoce du cancer
Les chiffres du rapport actuel du médecin montrent également que les tests de dépistage du cancer sont encore plus fréquemment utilisés par les femmes. "58 pour cent des femmes âgées de 20 à 45 ans l'utilisaient", a déclaré le Barmer GEK. Avec l'âge, cependant, la volonté des femmes de participer aux examens de diagnostic précoce diminue. À partir de 75 ans, il était inférieur à 40%. Un total de 41 pour cent de toutes les femmes en Allemagne ont subi un examen de dépistage du cancer en 2014, tandis que seulement 11,7 pour cent des hommes ont participé à un tel examen. (fp)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: La perte dodorat due au Covid enfin expliquée