Baromètre écologique: une personne sur deux mangerait moins de viande

Baromètre écologique: une personne sur deux mangerait moins de viande

Il y a à peine trois ans, une journée végétarienne, au cours de laquelle les cantines et les cafétérias ne proposent que des plats sans viande, a rencontré une large opposition de la part de la population. En attendant, les Allemands sont plus ouverts à la dérogation occasionnelle à la viande: plus de 80% soutiennent une journée végétarienne par semaine. C'est une conclusion de l'écobaromètre actuel, pour lequel 1005 consommateurs âgés de 14 ans et plus ont été interrogés sur la consommation d'aliments biologiques en janvier 2016. L'accent était mis sur la viande issue de la production biologique. L'enquête est régulièrement commandée par le ministère fédéral de l'Alimentation et de l'Agriculture (BMEL).

Plus de la moitié des Allemands sont prêts à manger moins de viande. Il est plus facile pour les femmes de s'en passer: les trois quarts peuvent imaginer ne pas manger de viande un jour par semaine et agir parfois en conséquence. Après tout, c'est 57% des hommes.

Un citoyen sur quatre utilise fréquemment ou exclusivement des aliments biologiques. Les consommateurs non biologiques comprennent plus d'hommes (40%) que de femmes (26%) et plus souvent de personnes à faible revenu. Dans le pays, 44 pour cent de produits biologiques en moins que dans la grande ville (25%) ou dans les zones urbaines (30%).

Il n'y a pratiquement aucune différence entre les hommes et les femmes lorsqu'il s'agit d'acheter des aliments biologiques. En premier lieu, la fraîcheur et la qualité optimales des produits. Viennent ensuite le goût naturel, l'évitement des résidus de pesticides, un revenu équitable pour les producteurs et la contribution positive à la protection de l'environnement.

L'intérêt pour les aliments biologiques est principalement suscité par des contacts privés avec des clients biologiques (65%). Les quotidiens jouent un rôle moins important qu'en 2013 (30%). Internet (24%) et les conseils des magasins bio et directement du producteur (51%) sont devenus plus importants ces dernières années. (Heike Kreutz, aide)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Manger local est-il si bon pour la planète? - Planet Detox avec DirtyBiology