Agoraphobie: les crises de panique récurrentes surviennent principalement en public

Agoraphobie: les crises de panique récurrentes surviennent principalement en public

La thérapie comportementale promet une aide contre l'agoraphobie
Des crises de panique soudaines dans les lieux publics, en grande foule, au supermarché ou dans le tram sont caractéristiques d'une soi-disant agoraphobie, qui peut restreindre de plus en plus la liberté de mouvement des personnes touchées, rapporte le Dr. Frank Bergmann de l'Association professionnelle des neurologues allemands (BVDN) sur le portail spécialisé "Neurologues et psychiatres sur le net". Dans certains cas, selon l'expert, l'agoraphobie atteint un niveau tel que les gens ne peuvent plus quitter la maison. S'il y a des signes d'agoraphobie, Bergmann vous conseille de consulter un psychiatre, un psychothérapeute ou un neurologue le plus tôt possible avant que la vie sociale ne soit sérieusement affectée. La thérapie cognitivo-comportementale promet ici de bons résultats.

L'agoraphobie se caractérise par la peur de certaines situations, par exemple, les personnes touchées ont des problèmes «rester dans les lieux publics, entrer dans les supermarchés ou les magasins, rester dans la foule, les cinémas ou les espaces confinés, ou utiliser les transports en commun seuls "Rapports du portail spécialisé" Neurologues et psychiatres sur le Net ". Cela peut entraîner des restrictions considérables dans la vie quotidienne et alourdir les relations sociales des personnes touchées. Les situations spéciales qui déclenchent la peur peuvent différer considérablement individuellement, un aspect central commun à de nombreuses situations agoraphobes "est qu'une évasion de ces situations ne semble pas immédiatement possible", explique le Dr. Mineur.

«Les personnes touchées ressentent alors la peur d'être exposées à leur peur dans de telles situations, de perdre le contrôle d'elles-mêmes et d'éprouver des symptômes physiques qu'elles perçoivent comme mettant leur vie en danger ou embarrassantes», rapporte l'expert du BVDN. Les phobiques perçoivent la peur de différentes manières. Par exemple, certaines des personnes concernées pourraient facilement faire leurs achats au supermarché, mais ne pourraient pas parcourir de longues distances en voiture seule. Les situations respectives de déclenchement de la peur sont de plus en plus évitées en raison des peurs qui surgissent, explique le Dr. Miner plus loin.

Symptômes physiques dans le cadre des attaques de panique
Le premier signe de phobie est souvent un trouble panique sous la forme d'une première crise de panique complètement surprenante, qui peut s'accompagner de divers symptômes physiques tels que palpitations, douleurs thoraciques, essoufflement, vertiges et sentiments d'aliénation. Les symptômes d'anxiété (physique) prononcés conduisent souvent à «que les personnes touchées craignent de mourir, de perdre le contrôle ou de devenir folles», rapporte le portail spécialisé «Neurologues et psychiatres sur Internet». Il n'est pas rare que les personnes touchées se rendent chez un médecin ou à l'urgence en raison de leurs plaintes physiques, mais où aucune cause physique de l'attaque ne peut être déterminée.

«En conséquence, ils développent la peur d'avoir une autre crise», explique le Dr. Mineur. Cette peur devient un compagnon constant et la «peur de l'attente» signifie que même le temps sans crise n'apporte ni récupération ni relaxation. «Beaucoup de temps et d'énergie sont alors utilisés pour contrôler la peur et l'auto-observation du corps, ce qui se traduit par une tension constante», explique l'expert. Bien que certaines personnes touchées connaissent des phases de maladie sans symptômes sur une période plus longue, l'agoraphobie revient souvent sous une forme plus grave. L'agoraphobie survient souvent de manière isolée mais également en association avec un trouble panique.

La thérapie cognitivo-comportementale promet de bons résultats
Du point de vue social, les craintes des personnes touchées sont souvent classées comme irrationnelles, ce qui peut conduire à des malentendus et à un rejet. Les patients se retirent souvent en raison de l'inquiétude concernant de telles réactions et sont de plus en plus isolés socialement, explique le Dr. S'il y a des signes d'agoraphobie, une aide doit être demandée de toute urgence, selon l'expert. «La thérapie cognitivo-comportementale promet de bons résultats», poursuit Bergmann.

Même les informations sur le tableau clinique, sur les processus d'agitation, l'interprétation des symptômes d'anxiété physique et le rôle du changement de seuil de perception des plaintes physiques peuvent être très utiles. "Une combinaison de thérapie cognitivo-comportementale et d'antidépresseurs est également possible, en particulier dans le cas de symptômes sévères", explique Bergmann. Selon l'expert, environ cinq pour cent de la population est touchée par l'agoraphobie au moins une fois dans sa vie, le trouble panique survient dans environ trois pour cent de la population générale. (fp)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: ANXIÉTÉ, ATTAQUES DE PANIQUE u0026 ALIMENTATION