La carte Santé devrait contenir plus de données

La carte Santé devrait contenir plus de données

Carte de santé électronique: la carte devrait contenir plus de données

Le ministre fédéral de la Santé Hermann Gröhe (CDU) veut faire pression sur la carte de santé électronique (eGK). Bientôt, d'autres données seront enregistrées sur la carte, telles que les données d'urgence ou les plans de médicaments. Les bloqueurs font face à des amendes élevées.

Le ministre de la Santé fait pression Le ministre fédéral de la Santé, Hermann Gröhe (CDU), veut faire pression sur les médecins et les assureurs maladie pour poursuivre le développement de la carte de santé électronique (eGK). Avec la «loi sur la santé en ligne», qui doit entrer en vigueur début 2016, l'autonomie gouvernementale fixe des délais stricts. Si les acteurs ne respectent pas les délais, ils s'exposent à de lourdes amendes. Comme cela a été annoncé, le ministère ne souhaite pas tolérer d'autres retards dans le développement de l'eGK.

Plus de données sur la carte santé à l'avenir Il a également été annoncé que les données d'urgence de l'assuré devraient être enregistrées sur l'eGK au plus tard le 1er janvier 2018. Des données sur des maladies antérieures, des traitements antérieurs, des médicaments prescrits ou une hypersensibilité à certains médicaments pourraient aider à éviter les erreurs de traitement. En outre, la loi autorise les patients qui reçoivent au moins cinq médicaments différents à un plan de traitement pour éviter les effets secondaires et les effets secondaires potentiellement mortels. Ce plan doit être disponible électroniquement en 2018, mais peut être publié par écrit à partir d'octobre de l'année prochaine.

Dès le 1er juillet 2016, les hôpitaux recevront également un milliard d'euros de primes d'assurance s'ils envoient des lettres de sortie sous forme électronique à leur médecin de famille après un séjour en clinique. Et les médecins sont également payés pour échanger des lettres en ligne. L'eGK, obligatoire depuis le début de l'année, ne diffère de l'ancienne carte d'assurance maladie que par la photo imprimée et contient, comme auparavant, le nom, la date de naissance, le numéro assuré et l'adresse du patient. Selon le ministère, la carte a jusqu'à présent dévoré environ un milliard d'euros de primes d'assurance.

Des années de retards La carte santé aurait dû être introduite dès 2006, mais le projet a été bloqué à plusieurs reprises en raison de différends entre les parties sur les responsabilités, la protection des données et les coûts. Il y a encore beaucoup de critiques qui pensent que la carte n'est pas une amélioration. L'initiative «Stop the e-Card», dans laquelle plus de 50 organisations, telles que le Chaos Computer Club, la Free Medical Association e. V. et la Deutsche AIDS-Hilfe ont même appelé à l'annulation du projet eGK d'un milliard de dollars. (un d)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Es-tu Vata-Pitta? Explication des doubles constitutions en ayurvéda