La gauche met fortement en garde contre la réforme de l'AMS

La gauche met fortement en garde contre la réforme de l'AMS

La gauche critique la nouvelle loi sur l'assurance maladie

La réforme des cotisations d'assurance maladie prévue par le gouvernement fédéral a rencontré un grand scepticisme de la gauche. Comme le parti l'a formulé dans une petite demande adressée au Bundestag, la «loi sur le développement ultérieur de la structure financière et de la qualité de l'assurance maladie légale» recèle le risque que la situation financière de l'assurance maladie légale soit considérablement affaiblie. La conséquence de la réduction des taux de cotisation à 14,6% serait des cotisations supplémentaires, qui devraient en fin de compte être payées par l'assuré seul - sans la participation de l'employeur ou de la caisse de retraite.

Nouvelle loi qui entrera en vigueur le 1er janvier 2015 La «Loi sur le développement ultérieur de la structure financière et de la qualité de l'assurance maladie légale» (GKV-FQWG), qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2015, a suscité de vives critiques de la gauche. À la fin du mois de mars, le gouvernement a adopté le projet de loi, qui prévoit entre autres de réduire le taux de cotisation général financé par la parité de 15,5 à 14,6 pour cent actuellement. Si la réforme est effectivement mise en œuvre, le parti estime que cela aura principalement des conséquences négatives pour les travailleurs. Parce que, comme les députés Harald Weinberg, Sabine Zimmermann, Katja Kipping et Birgit Wöllert le déclarent actuellement clairement dans une petite demande adressée au Bundestag allemand, la réduction du taux général de cotisation affaiblit la situation financière de l'assurance maladie légale - bien que cela se fasse déjà par d'autres mesures politiques telles que l'abaissement de la subvention fédérale ou l'élimination de l'évaluation des avantages pour les médicaments du marché existant avait été fortement soulignée.

Le taux de cotisation devrait passer de 15,5% à 14,6% actuellement. De l'avis du parti, l'augmentation des contributions qui n'est entrée en vigueur qu'en janvier 2011 de 14,9 à 15,5% («GKV Financing Act») a conduit à une « un financement plus que suffisant pour la caisse de santé et, par conséquent, pour les compagnies d'assurance maladie a été atteint ». En conséquence, d'une part, aucune contribution supplémentaire n'aurait été nécessaire, d'autre part, «même des réserves auprès des caisses de santé et des assureurs maladie pourraient être constituées, comme elles n'ont jamais existé auparavant», a poursuivi la gauche. Mais si la nouvelle loi arrivait comme prévu, cette situation changerait.

Pression constante sur les taux de cotisation La raison: selon la gauche, l'affaiblissement financier des caisses maladie s'accompagnerait de la tendance de longue date à une croissance des salaires et des retraites plus lente que les dépenses - qui se traduit par une pression constante sur le taux de cotisation. Afin de combler le déficit financier, le parti suppose que tous ou presque tous les assureurs maladie devront collecter des cotisations supplémentaires de leurs membres à partir de l'année prochaine. Dans le même temps, cependant, on peut supposer une augmentation progressive des cotisations supplémentaires, car la CDU, la CSU et le SPD avaient convenu dans l'accord de coalition que celles-ci ne devraient être supportées que par l'assuré - sans la participation de l'employeur ou de la caisse de retraite. En conséquence, la loi proposée prévoit que les employeurs sont limités à 7,3%, tandis que les assureurs maladie devraient avoir la possibilité d'augmenter progressivement les cotisations des assurés à l'avenir.

Les gauchistes posent 18 questions au Bundestag au sujet de la réforme législative Dans leur demande au Bundestag, la gauche formule désormais 18 questions sur le thème du développement ultérieur de la structure financière et de la qualité de l'assurance maladie obligatoire - y compris les contributions supplémentaires moyennes en 2015 annulée jusqu'en 2018 et combien de compagnies d'assurance maladie devraient facturer des cotisations supplémentaires. En outre, le parti souhaite également être informé si "contrairement au projet du GKV-FQWG, une limite pour le montant maximal ou la proportion maximale de contributions supplémentaires au financement du GKV" est prévue ", comme l'ont demandé des parties du partenaire de la coalition SPD et il prévoit soi-disant une note sur l'accord de coalition. "(nr)

Image: GG-Berlin / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Tolérance zéro: le virage sécuritaire de Macron #cdanslair